LE NUMERO 10

Le Foot ne serait pas ce qu’il est sans les supporters, et le FC Treaux n’échappe pas à la règle. Des tifosis, il y en a de toutes les couleurs, et de tous les caractères, mais il y en a un qui est vraiment unique, c’est Roger Léboule, dont on ne peut parler sans faire allusion à son fidèle compagnon à quatre pattes, « nonosse ».

Roger est le fan de la première heure, quand le stade de Treaux fut inauguré, il était déjà là, c’est un peu un pilier de l’équipe, et pourtant il n’a pas vu beaucoup de matchs et pour cause, il s’entête à vouloir faire entrer avec lui son chien, ce qui est, on le sait, formellement interdit.

Mais comme il aime à le dire, beaucoup de spectateurs sont pires que son brave cabot, alors il ne comprend pas l’obstination des responsables à ne pas le laisser entrer accompagné de « nonosse », tandis que les dirigeants du club ne comprennent pas son obstination à enfreindre cette règle. En effet, religieusement et chaque dimanche, Roger essaie de faire rentrer son animal au stade, employant pour ce faire des subterfuges qu’il croit toujours être le bon, mais qui finit par n’être qu’un nouvel échec.

Et pourtant il fait preuve d’une imagination débordante, trouvant des déguisements incroyables pour la pauvre bête qui elle ne comprend pas grand-chose à l’affaire. Roger est aussi le meilleur client du bar de la pizzeria, et en fin de compte le copain de l’agent Fouared qui est toujours chargé de le faire sortir du stade, mais ne le verbalise jamais pour l’infraction, en raison de l’amitié que l’habitude a crée. Ce sont en fin de compte les deux seuls qui ne peuvent voir les matchs qu’à la télé, ou encore les écouter à la radio.

Roger a fondé une association visant à réclamer les droits aux animaux, s’alliant à des antisystèmes qui luttent contre la maltraitance à nos amis à quatre pattes, mais ces derniers ne partagent pas vraiment sa lutte en ce qui concerne l’entrée du stade, c’est pour le moins une association des plus inattendues. Mais comme Roger a une bagnole pour trimbaler ses frères de lutte, voilà pour notre ami un nouvel espoir de voir enfin un match accompagné de son plus fidèle ami.

Comme il aime à le rappeler, les pères n’emmènent-ils pas leurs enfants et les maris leurs femmes ? Alors pourquoi pas mon chien ?